Accueil du site > Sports > BAYE MANDIONE EXPLIQUE SA DÉFAITE : « Ce n’est pas un coup qui m’a fait tomber (...)

BAYE MANDIONE EXPLIQUE SA DÉFAITE : « Ce n’est pas un coup qui m’a fait tomber »

mercredi 4 janvier 2012


Ayant quitté son domicile à 9 heures, ce n’est qu’à 15 heure ; que Baye Mandione est rentré chez lui à Thiaroye après un petit détour en ville. Sans qu’il n’ait pris le temps de récupérer, il a bien voulu nous accorder un Entretien pour revenir sur son combat perdu devant Gris Bordeaux. Après avoir reconnu ne pas être tombé à cause des coups reçus, il se dit prêt à affronter Tyson si ce dernier le souhaite. Entretien.

« Pourquoi devrai-je être stressé ? »

« Ma confiance dans un combat ne date pas d’aujourd’hui. Aussi, Dieu a fait en sorte que je n’ai jamais de pression dans un combat. Je ne suis pas d’accord avec ceux qui disent que je ne devais pas me permettre de rigoler au cours du combat. Mais pourquoi devrai-je me présenter stressé ? Damay réé bamou nèkh. Gris et moi sommes arrivés en même temps au stade mais nous lui avons permis d’entrer en premier avant nous. Selon nos heures, il devait arriver avant moi. »

« Ce n’est pas un coup qui m’a fait tomber »

Quand on ne fait pas d’erreur dans un combat, on ne peut tomber. Quand j’ai loupé mon coup, j’ai glissé car en dessous du sable, c’est une bâche. C’est comme cela que j’ai glissé. Et quand je l’ai vu courir, je me suis rendu compte que c’était perdu pour ce jour-là. Lorsque j’ai vu que mes genoux étaient trempés de sable, j’ai su que j’ai perdu. Mais, en ce moment, je ne pouvais plus continuer car je ne peux vous dire ce que je ressentais. Il ne m’a pas donné de coup qui m’a diminué. Ce n’est pas un coup qui m’a fait tomber. C’est parce que j’ai loupé mon coup que je suis tombé. J’étais sur quatre victoires successives. Je n’ai plus perdu depuis ma défaite contre Thièk. Dans un combat, il faut que quelqu’un accepte de perdre et je devais perdre. Quand l’arbitre a sifflé, j’ai prié pour que Dieu fasse ce qui est meilleur pour moi. »

« J’ai deux fois mis Gris KO dans le combat »

« J’ai deux fois mis Gris KO dans le combat. En ce moment, j’avais le corps chaud et j’ai enchaîné avec la bagarre. Je ne recule jamais dans un combat. Je préfère mourir dans un combat plutôt que de reculer. Je le félicite pour sa victoire et prie pour que ma prochaine sortie soit sanctionnée par une victoire : Depuis que je suis dans l’arène, je n’ai jamais aussi bien préparé un combat que contre Gris Bordeaux. Seulement, quand on doit perdre un combat, on n’y peut absolument rien. »

« J’ai eu mes 17 victoires avec le même staff »

« Je ne changerai rien dans ma manière de faire. Ce n’est pas cette défaite qui me fera changer de comportement pendant mes signatures de contrat et autres. Je continuerai à les chauffer comme il se doit. Seul Dieu est invincible. Les lutteurs que je battais avaient tous des parents et autres. Je prends donc cette défaite avec beaucoup de philosophie. Si Gris Bordeaux avait perdu ce combat, quel sentiment sa famille aurait-elle ? Peut-être que s’il avait perdu, Fass se serait disloqué et sa famille dispersée. Qui sait ? Depuis que je suis dans l’arène et mes 17 victoires, j’ai toujours été avec le même staff. Il faut qu’on arrête qu’à chaque fois qu’un lutteur est défait on essaie de trouver des explications ici et là. Combien de fois Moustapha Guèye a perdu bien qu’accompagné par les Mbaye Guèye et autre Mame Gorgui Ndiaye ? Combien de fois Gris a perdu devant les Tapha Guèye et autres ? On a beau être accompagné, les compagnons s’arrêteront toujours aux abords de l’enceinte. Au finish, seuls les deux lutteurs restent dans l’enceinte. »

« Si Tyson le veut, je suis prêt »

« Si Tyson le veut, je suis prêt. Il faut cependant préciser que je ne suis pas demandeur. Si on me donne son avance aujourd’hui, je suis partant. Après le combat, on m’a appelé au téléphone pour me dire qu’il y avait tellement de monde que je devais éviter de rentrer en ce moment. On m’a donc demandé de me cacher quelque part jusqu’à ce que les gens se dispersent avant de revenir. C’est justement quand j’ai appelé et qu’on m’a rassuré que je suis rentré à la maison vers 11 heures. »

« J’ai pleuré de chez moi au stade »

« Il y a beaucoup de monde derrière moi. Quand je quittais mon domicile dimanche, j’ai pleuré jusqu’au stade. Je, n’ai jamais vu une telle mobilisation dans ma carrière depuis que j’ai commencé à lutter. Je pense même que si j’avais gagné ce combat, il y aurait des morts et ce n’est pas la peine. Je suis trop content de mes fans et supporters. J’aurais eu honte si on m’avait poursuivi avec des coups de poing avant de me battre. Je préfère plutôt mourir dans le stade que d’être humilié par un adversaire. Si je fuis jusqu’à perdre un combat, je suis même prêt à me suicider après. Je rends grâce à Dieu. »

SOURCE : Sunu Lamb Par Abou NDOUR

Répondre à cet article