Accueil du site > Actualités > Baccalauréat 2009 : Le Sénégal franchit la barre des 50 mille candidats

Baccalauréat 2009 : Le Sénégal franchit la barre des 50 mille candidats

mercredi 1er juillet 2009

Le diplôme le plus populaire et recherché au Sénégal, voire dans le monde, démarre ce mercredi 1er juillet. Toutes les dispositions matérielles, financières et sécuritaires ont été prises pour un déroulement correct des épreuves, selon l’Office du Bac.


Cette année, pour la première fois, le Sénégal passe allègrement la barre symbolique des cinquante mille candidats au baccalauréat. En effet, ils seront pour la session 2009 du Bac quelque 58 039 candidats qui vont tenter de décrocher le précieux sésame devant leur permettre de s’ouvrir les portes de l’enseignement supérieur. Ce qui représente d’après le directeur de l’Office du Bac, Babou Diaham, une hausse de 11,2 % par rapport à la session 2008. En chiffres absolus, il y a neuf mille candidats de plus. ‘Naturellement, ces augmentations ont des impacts dans l’organisation. Le temps imparti pour faire les différentes actions sera plus long’, commente le directeur de l’Office devant les journalistes.

Babou Diaham est largement revenu sur l’organisation et les ‘chiffres clés de la session du baccalauréat 2009’. Ainsi, le directeur de l’Office du Bac informe que 68,1 % des candidats sont en série littéraire, soit environ 39 509 candidats. Leurs camarades des séries scientifiques et techniques représentent quant à eux 31,4 % dont 28,3 % en série S (1 et 2) les 5,4 % en série G et 0,7 % seulement en série T.

Naturellement, les candidats officiels constituent le gros de la troupe avec 79,2 % du total des inscrits ; tandis que 20,8 % sont des candidats individuels communément appelés ‘candidats libres’. Parmi les candidats, force est également de constater que plus de la moitié vient du public, soit environ 63,8 %. Le privé laïc vient en deuxième position avec 32,9 % et les 3,3 % proviennent du privé confessionnel.

Concernant le déroulement des épreuves, on note que d’après la loi, le Bac ne dure qu’entre dix à douze jours. Mais une prolongation est toujours possible sur autorisation expresse du Premier ministre. En tout état de cause, l’Office du Bac, comme chaque année, a mobilisé une armada de correcteurs et d’examinateurs.

Cette année, par exemple, ils seront 2 773 enseignants à mettre la main à la patte pour la réussite du Bac. Parmi eux, le directeur de l’Office du Bac signale que ‘2 637 professeurs seront déplacés de leur lieu d’exercice habituel, dont 529 dans la même académie et 136 non déplacés’. Aussi, d’après les prévisions de l’Office du Bac, lors de la première session, ces professeurs auront 338 040 copies à corriger. Ce qui fera une moyenne de 122 copies par examinateur. Chaque copie étant payée au Bac à 500 francs.

Toujours d’après Babou Diaham les examinateurs auront à faire quelque 19 840 interrogations orales et 550 épreuves pratiques. Ainsi, 457 sujets ont été nécessaires pour faire composer les candidats dans toutes les épreuves retenues. Ces sujets se répartissent ainsi : 296 pour le Bac général, 150 pour le Bac technique, 11 pour les épreuves facultatives et 75 sujets pour la session de remplacement. Les 5 039 candidats sont reçus dans 177 jurys, répartis dans 118 centres d’examen dont 21 centres secondaires.

Au chapitre des innovations, le directeur de l’Office du Bac signale l’introduction des superviseurs dans les centres d’examens. Aussi, il y a eu l’organisation d’un séminaire à l’attention des présidents de jurys sur la gestion du Bac. Enfin, il y a l’engagement écrit des chefs de centres secondaires pour la transmission des copies vers le centre principal et un cahier des charges de la surveillance pour les surveillants. Autant d’innovations qui participent, de l’avis du directeur de l’Office du Bac, à sécuriser davantage le système.

Pour parer à la fraude et aux fuites, le directeur de l’Office du Bac, qui est en poste depuis 2001, demande aux surveillants d’être au moins par groupe de trois au niveau des salles d’examen. Il exige également que les surveillants lisent avant chaque épreuve le règlement et récupèrent les documents, sacs, portables et autres objets interdits. En outre, Babou Diaham demande une forte présence des forces de l’ordre dans les centres d’examen pour empêcher à ceux qui n’ont rien à y faire d’y entrer. Le directeur de l’Office du Bac rappelle que les jurys restent souverains ; et leurs membres doivent être conscients que les délibérations sont secrètes.

POUR SAUVER LA PRESENTE SESSION : L’Etat dégage 240 millions pour les avances de déplacement

‘La question des avances de déplacement est réglée’. L’information a été servie, hier, par le directeur de l’Office du Bac. Et Babou Diaham de préciser que ‘l’argent a été déposé ce mardi à 9 heures à la banque’. Il s’agit, selon lui, d’une tranche des 240 millions nécessaires à cet effet. Selon lui, les Inspecteurs d’académie pourraient disposer de l’argent au plus tard ce matin. Pourtant, depuis le 25 juin dernier, le Bac technique est bloqué à cause justement du non-paiement de ces avances de déplacement. A ce propos, le directeur de l’Office du Bac se veut rassurant. ‘Le Bac technique n’est pas bloqué. Toutes les épreuves écrites ont été faites. Les examinateurs vont remettre les notes. Au niveau du Bac G, les délibérations pourront se faire aujourd’hui’, rassure-t-il.

Pour expliquer ces difficultés financières, le directeur de l’Office du Bac laisse entendre que ‘les indemnités de 2008 ont été payées en janvier 2009. Et pour cela, il a fallu une loi de rectificative’. Babou Diaham est aussi revenu sur les efforts qui ont été faits pour améliorer les déplacements des membres des jurys. Les frais de déplacements des membres des jurys sont de 25 mille par jour. Des primes sont aussi accordées à tous ceux qui prennent part au Bac. Elles sont de 2 000 francs par demi-journée pour les surveillants et de 40 mille francs pour les présidents de jurys.

Mamadou SARR

Source : Walf

Répondre à cet article


canadian pharmacy online "'*^ generic viagra with fluoxetine online pharmacy