Accueil du site > Actualités > DANS L’INTIMITÉ DU DÉTENU BARTHELEMY DIAS : IL DISPOSE D’UN LIT INDIVIDUEL, (...)

DANS L’INTIMITÉ DU DÉTENU BARTHELEMY DIAS : IL DISPOSE D’UN LIT INDIVIDUEL, D’UNE TOILETTE INCORPORÉE, D’UN POSTE TÉLÉVISEUR ET … D’UNE VÉRANDA FLEURIE

samedi 31 décembre 2011

Le ci-devant maire de Sicap Mermoz croupit, depuis quelques jours, à la Maison d’arrêt et de correction (Mac) de Rebeuss. De sources autorisées, « Le Pays » apprend que Barthélémy Dias a déposé ses baluchons à la fameuse chambre 43 qui a accueilli, par le passé, d’illustres détenus.


Depuis mercredi dernier, Barthélémy Dias garnit le nombre « pléthorique » de détenus dits préventionnistes, c’est-à-dire ceux qui n’ont pas encore été jugés. Plus de 1600, ils peuplent la maison carcérale tant redoutée située, depuis des lustres, au populaire et non moins populeux quartier de Rebeuss. Aussi, il nous revient que l’un des célèbres détenus au Sénégal (Barthélémy) est arrivé sur les lieux, en début de soirée, sous une forte escorte d’éléments du GIGN et d’ELI (respectivement corps d’élites de la gendarmerie et de l’administration pénitentiaire).

Aussi, était-il flanqué d’autres détenus, notamment un certain Habib Dieng qui a été inculpé pour complicité d’homicide volontaire. Mais, Dias-fils se verra exfiltré du lot des « arrivés du jour » par l’administration pénitentiaire sous la coupole du régisseur Emmanuel Salif Ngom. Selon nos sources, il sera procédé à une fouille corporelle et des bagages, comme il est de coutume pour tout nouveau pensionnaire. Mais, tient à préciser notre source, « les choses se sont passées avec civilité, Barth a été bien traité car, après tout, il n’est pas anonyme ».

Pour ainsi dire qu’il sort du lot des détenus dits de « droit commun » pour être logé dans celui de « détenu politique ». Après la formalité de la fouille, le maire de Sicap Mermoz a été soumis à poser ses empreintes digitales sur la fiche devant être déposée au service Greffe de la MAC de Rebeuss. Puis, il a été muté à la chambre 43.

En terrain connu …

Interpelé sur le choix de cette mutation à la chambre précitée, notre source de révéler : « Cela est loin d’être fortuit car Barthélémy est considéré comme un détenu politique.

Et d’habitude, ce sont ces derniers, en sus des administrateurs de société et autres journalistes, qui sont mutés dans cette chambre. Sinon, ils sont incarcérés au niveau de la chambre 42 ou au secteur 5 ». Notre source de préciser cependant que seul le régisseurde la prison est habilité à muter une personne aux chambres 42 et 43. Tout le contraire des autres chambres pour lesquelles même un simple surveillant est à même d’y effectuer la mutation d’un détenu. « En fait, contrairement aux autres chambres qui accueillent un nombre pléthorique de détenus, la 43 n’en reçoit qu’une dizaine avec lits individuels, toilette incorporée, poste téléviseur, … » Mieux, ceux qui y sont, comme du reste à la 42, qui lui est contigüe, bénéficient de leur propre cour avec une petite véranda fleurie. Pour dire que « c’est un secteur parmi les secteurs de la prison ». A noter que « 100 m2 », comme d’aucuns surnomment la MAC de Rebeuss, dispose d’une infirmerie, d’une bibliothèque, d’un terrain vague (qui sert de mosquée pour les grandes prières de vendredi, Korité et Tabaski), etc. Toutefois, Dias-fils ne sera pas dépaysé, car il en connaît, pour y avoir déjà séjourné en 2006, les coins et recoins. C’était avant d’être transféré au Camp Pénal sis à Liberté 6 et à Tambacounda.

« Social-living »

Parler de ce monde entièrement à part ou à part entière dite pénitentiaire n’est pas exagéré, tellement les prisons et leurs occupants constituent une entité distincte en marge de la société globale. La vie à l’intérieur des prisons ne peut être décrite que par ceux qui l’ont effectivement vécue, d’un côté ou de l’autre des barreaux, Plutôt d’un côté que l’autre, celui des enfermés. Aussi fertile que soit l’imagination, on ne peut que se rapprocher à un degré plus ou moins éloigné de la réalité carcérale sans jamais la saisir ou la maîtriser totalement.

C’est que le monde pénitentiaire présente une multitude de particularités. La première particularité qui caractérise cet « univers », est une démographie galopante qui défie les prédictions les plus pessimistes. La deuxième particularité, vient des règles qui l’organisent. En effet, les détenus vivent selon un rythme, des horaires et des modalités fixées par l’administration.

En troisième lieu, les membres de cette mini société ont leur façon de se comporter entre eux, leurs valeurs et leur morale. Le « socialliving » (sens du partage) y est conjugué à tous les temps et au sens noble du terme. En un mot comme en mille, c’est un autre monde dans le monde !

Barth profitera-t-il de cette « société » pour méditer sur les péripéties de la vie, … ?

Piccmi.com - (EDOUARD DIAGNE - Le Pays)

Répondre à cet article