Accueil du site > Société > Déces du porte-parole du Khalife général des Layennes Cherif Ousseynou Laye (...)

Déces du porte-parole du Khalife général des Layennes Cherif Ousseynou Laye rejoint le sanctuaire du Mahdi

jeudi 2 juillet 2009

DECES DU PORTE-PAROLE DU KHALIFE GENERAL DES LAYENNES CHERIF OUSSEYNOU LAYE REJOINT LE SANCTUAIRE DU MAHDI

Le Docteur de la jeunesse rejoint la galaxie du Mahdi « Dieu a donné. Il a repris ». Tel un leitmotiv, cette implacable leçon de vie tournera, encore une fois, le temps d’un deuil, dans notre subconscient de pauvres mortels. Et, s’y bousculent, hélas, les images de Cherif Ousseynou Laye - symbole achevé du raffinement et de la pureté, en plus d’être un infatigable chevalier de la foi - qui a été inhumé, hier, à Cambéréne. C’est dire que la douleur qui frappe la communauté layéne, qui vient de perdre son porte-parole, est partagée par l’ensemble du peuple sénégalais.


La triste nouvelle a fait le tour des foyers religieux, hier, en début de soirée. Quant aux journalistes, mis au parfum, ils ont procédé aux vérifications d’usage : recouper l’information et attester de son authenticité. Mais, convaincus du caractère infaillible du Décret divin, ils ont fini par se soumettre. En acceptant que « Le Docteur de la jeunesse », né en 1949, est parti, sur la pointe des pieds, rejoindre la galaxie étoilée des illustres descendants de Seydina Limamou Laye Al Mahdi. Ad vitam aeternam. Mais, pour un soufi de sa trempe, il s’était déjà très bien préparé à ce « Grand Voyage ».

Quand on sait qu’au mois de juillet dernier, face à ses disciples de France, il dissertait sur « Le devoir du musulman et la mort ». Et c’était pour rappeler : « Tout être sera comptable devant Dieu de ses actes sur terre. Éduquez votre progéniture et évitez de commettre des actes interdits ». Mieux, il avait insisté sur « la base de l’Islam » (les cinq prières) et la nécessité de s’acquitter de l’aumône. Un serment d’outre-tombe ?

Infatigable ambassadeur du Mahdi

Des faubourgs parfumés de Fez, au calme plat du Boulevard Pérere à Paris, cet habitué du 5th Avenue et des rues chaudes de Harlem a su rendre au peuple de la diaspora cette identité perdue sur les rives de l’île de Gorée et dans les bateaux marchands d’esclaves. Chérif Ousseynou Lahi qui a fait retentir l’éternel La Ilaha llalah sous les pieds de la statue de la Liberté et de la Tour Eiffel avant de recevoir les clés de la ville de Lovre (Italie), est incontestablement l’Ambassadeur du Mahdi et du Messie Seydina Issa Rohou Lahi dont il est le digne fils. À la disparition du 4e Khalife des Layènes (Seydina Mame Alassane Lahi) en 2001, il devient le porte-parole de l’actuel Khalife, son frère Seydina Abdoulaye Thiaw Lahi.

Après voir étudié le Coran, pour aller ensuite approfondir ses études en théologie à l’Université de Qairouan au Maroc en 1964, ce pionnier infatigable parcourt les quatre coins du globe pour annoncer la bonne nouvelle de la venue du Mahdi et du retour du fils de la Vierge Marie. À travers une série de conférences annuelles au Sénégal et à l’étranger (Usa, Italie, Espagne, France...), Chérif Ousseynou Lahi n’a cessé de prêcher pour l’unité des peuples, la tolérance religieuse, le dialogue des religions et des cultures. Ce qui lui a valu beaucoup de sympathie dans les milieux musulmans et… à Rome. Où, chaque année, des prêtres venaient prendre part à ses mémorables sermons.

Modèle pour une jeunesse déboussolée

Idole et fidèle compagnon d’une jeunesse qu’il a su façonner, conformément aux recommandations de son illustre grand-père, Seydina Limamou Lahi, Chérif Ousseynou a créé et soutenu un vaste mouvement international, Farlu Ci Dineji (la persévérance dans les pratiques religieuses), qui fait, aujourd’hui, la fierté de toute la Ummah Islamique. Il a aussi réussi à donner aux femmes une place prépondérante, notamment à travers les différentes cellules nationales et internationales de Waagnou Seydina Issa Rohou Lahi (la cuisine de Seydina Issa Rohou Lahi).

Pour ceux qui ne le savent pas, elles organisent, chaque année, lors des grandes manifestations de la communauté layène, les restaurants pour les hôtes d’Allah (Anniversaire de l’Appel, conférences, Appel de la Jeunesse du 25 décembre...). Sachant l’oreille attentive à lui prêtée par les jeunes layènes, Cherif Ousseynou Lahi avait engagé une croisade sans merci contre l’émigration clandestine. Et à ceux d’entre eux installés à l’étranger, il ne se lassait jamais de demander d’avoir toujours comme référence le Mahdi, de suivre les consignes de l’Islam et de respecter les lois et règlements de leurs terres d’accueil.

Dans les milieux proches du défunt marabout, certaines voix rappellent qu’il connaissait bien Michael Jackson le roi de la Pop qui l’a précédé au Ciel.

Par PAPA SOULEYMANE KANDJI,

Source : L’observateur

Répondre à cet article

9 Messages de forum