Accueil du site > Économie > Dotation d’infrastructures numériques à 602 collectivités locales : "Oumou (...)

Dotation d’infrastructures numériques à 602 collectivités locales : "Oumou Informatique" veut s’adjuger le marché

mercredi 7 janvier 2015

Dans le cadre de la phase pilote du Programme d’Appui à la Gouvernance et au développement durable (Pagot), le Ministère de la gouvernance locale, du Développement et de l’Aménagement du Territoire compte équiper l’ensemble des collectivités locales du pays...d’infrastructures numériques. "Oumou Informatique" lorgne ce marché.


Oumou Informatique a remporté le marché d’équipement d’infrastructures numériques des 19 communes d’arrondissement de Dakar. Cette structure ne compte pas s’arrêter là. Elle veut adjuger le marché d’équipement des 602 collectivités locales. "Je ne parle pas de ce marché seulement, mais nous avons l’ambition de procéder à la dotation d’infrastructures numériques à l’ensemble des 602 collectivités locales, car, nous en avons la capacité et l’expertise", a révélé son directeur général Diabel Seck. Qui se félicite des conditions d’attribution des marchés : "Nous avons été, en effet, les mieux-disant. Mais ce qui est surtout important, c’est qu’aujourd’hui, les appels d’offres sont devenus transparents de même que les conditions d’attribution. C’est ce qui permet à tout un chacun de pouvoir postuler dans les règles de l’art dès lors que tout le monde part à chance égale. Nous félicitons pour cela les autorités d’avoir réussi à instaurer la bonne gouvernance et la transparence, deux bonnes choses qui nous mettent dans une bonne dynamique d’émergence" s’est-il félicité. Revenant sur l’importance de promouvoir les nouvelles technologies, Diabel Seck dira que "désormais, nous devons insérer la technologie dans nos habitudes de tous les jours. Le désir de promouvoir le nouveau type de Sénégalais n’aura de sens que si l’on parvient à changer nos habitudes et la technologie peut nous y aider", conseille le patron d’Oumou Leader Distribution, qui ajoute : "Il n’y a pas meilleure idée que d’aller vers le numérique. Cela, les institutions comme l’Uemoa et la Cedeao nous y poussent déjà avec l’avènement du passage forcé de l’analogique vers le numérique dès cette année 2015". Pour le moment, la structure de Diabel Seck, spécialisée dans la numérisation et la reproduction, entre autres activités, se lance dans la mise en place d’un planétarium, l’un des plus grands projets qui n’existe pas encore en Afrique.

Répondre à cet article