Accueil du site > Actualités > Entretien avec l’ambassadeur d’Afrique du Sud à Dakar : « Nous avons beaucoup (...)

Entretien avec l’ambassadeur d’Afrique du Sud à Dakar : « Nous avons beaucoup de respect pour les Sénégalais, eu égard à leur contribution pour la libération de notre peuple »

mardi 12 mai 2015

Le diplomate s’est prêté à nos questions pour aborder l’actualité du continent, notamment le prochain sommet de l’Union Africaine prévu à Johannesburg, du 07 au 15 juin 2015, la situation des immigrants dans le pays et la vague de violences xénophobes de ces dernières semaines, la réconciliation après l’apartheid, entre autres. Abel Mxolisi Shilubane de magnifier les relations diplomatiques entre l’Afrique du Sud et le Sénégal. Entretien.


Sommet de l’UA en Afrique du Sud en juin 2015

L’Afrique du Sud a déjà accueilli beaucoup de fora internationaux et je peux dire que nous sommes fin prêts pour accueillir le sommet de l’Union Africaine en juin prochain. Ce sera l’occasion de faire face aux défis qui interpellent le continent. La question des migrations sera au cœur de ce sommet. Si vous lisez les journaux, ce problème de la migration est au centre des débats. Il y a des mouvements de populations, des migrants qui se rendent en Europe en passant par la Libye. Je pense que cette question va dominer les débats. Evidemment d’autres questions seront abordées lors du sommet qui aura lieu dans notre pays.

Etrangers illégaux en Afrique du Sud C’est très difficile pour un pays de donner un chiffre exact sur les personnes qui sont en situation irrégulière sur son territoire. Selon les informations en notre possession, pour le cas du Sénégal, il y a 12 Sénégalais touchés par les évènements de ces dernières semaines, dont un blessé qui a quitté l’hôpital et dont la vie est hors de danger. Le nombre de Sénégalais en Afrique du Sud n’est pas très important. Je ne peux pas donner de chiffre. Beaucoup d’entre eux sont des professionnels, des ingénieurs, des électriciens, d’autres travaillent dans le milieu médical. Ce qui s’est passé ces derniers jours ne concerne pas les professionnels Sénégalais qui travaillent en Afrique du Sud.

Regain de violence xénophobe dans le pays On peut convenir sur le fait que, d’après les images qu’on a vues à la télévision, les attaques étaient dirigées contre des Africains. Vous conviendrez avec moi que, lorsque nous luttions contre l’Apartheid, nous étions soutenus par tout le continent africain dont le Sénégal et nous en sommes très fiers. C’est quelque chose que nous n’oublierons jamais. Pour ceux qui ne le savent pas, la dernière fois que des Sud-Africains blancs membres du gouvernement de l’Apartheid et des Sud-africains noirs membres de l’Anc se sont retrouvés et se sont résolus à œuvrer ensemble pour construire un nouveau pays, c’était ici au Sénégal, sur l’Ile de Gorée. C’est la raison pour laquelle nous avons beaucoup de respect pour les Sénégalais, eu égard à leur contribution pour notre propre pays. Je pense que la xénophobie disparaîtra lorsque nous arriverons à éduquer ensemble notre jeunesse. « On trouve des éléments criminels dans chaque pays » Notre constitution dit que l’Afrique du Sud est un pays multiculturel qui est prêt à accueillir tout individu qui y entre légalement, qui trouve un emploi régulier et qui contribue à l’économie du pays. Car nous n’oublierons jamais le soutien dont nous avons bénéficié pour accéder à la station que nous occupons aujourd’hui en tant que pays libre. Par contre ce qui s’est passé dernièrement, ce sont des cas isolés. Dans chaque pays, on trouve des éléments criminels et la police est en train de s’attaquer à cette criminalité. C’est quelque chose que nous ne pouvons pas tolérer. Les personnes impliquées ont été traduites devant la justice. Il est regrettable que certains Sénégalais aient été touchés par ce problème. Il y a plus de 3 millions et demi d’étrangers en Afrique du Sud. Je vous signale que le Botswana et la Namibie ont chacun une population d’un peu plus de 2 millions d’habitants. Mais l’Etat a la responsabilité de pourvoir à ces 4 millions de personnes un logement, des soins de santé, etc. S’ils sont clandestins, cela devient problématique. On ne sait pas qui prendre en charge. Mais le problème se situe ailleurs. Il faut se demander pourquoi ces personnes migrent vers l’Afrique du Sud. Sur le plan électoral, l’immigration ne sera jamais un problème en Afrique du Sud comme il l’est dans l’Union européenne, au Royaume-Uni où il occupe le débat politique au sein des partis. Nous savons d’où nous venons. Notre peuple a été libéré par nos propres frères.

Processus de réconciliation après l’apartheid Lorsque Mandela est arrivé au pouvoir en 1994, il s’est entièrement consacré à la réconciliation nationale pour créer un Etat arc-en-ciel. 20 ans, de 1994 à aujourd’hui, ce n’est pas suffisant pour régler toutes les questions. On a affaire à un mal très enraciné. On ne peut pas reprocher aux générations actuelles des crimes du passé.

Difficile reconstruction Mais quand le Président Mbeki est arrivé au pouvoir, il s’est attaqué aux questions économiques, parce qu’il a compris que nous avions un gap à combler car l’économique, l’éducation, la santé étaient exclusivement réservés aux 4 millions de blancs. Ce chiffre a accru aujourd’hui et englobe plus de 52 millions de personnes. Il nous fallait nous occuper de la santé, construire des logements, faire en sorte que les gens aient accès à l’eau potable, etc. Voilà les problèmes auxquels nous sommes confrontés. Nous avons fait des réalisations depuis lors.

Relations entre le Sénégal et l’Afrique du Sud Ce sont des relations qui parlent d’elles-mêmes. Tout le monde peut le constater. Le président Zuma a effectué une visite d’Etat au Sénégal. Ce sont des relations fraternelles, c’est fantastique. Il y a une communication constate entre le président Zuma et le président Macky Sall. Vous vous en rendrez compte lors du prochain sommet de l’Ua en Afrique du Sud. Pour moi c’est l’une des relations les plus fortes. Moi qui suis ambassadeur ici, je peux vous dire que ce sont les meilleures relations. J’aime travailler avec les Sénégalais. Je suis là depuis un an et demi, j’apprends à parler français, et wolof aussi, je fais du mieux que je peux. Nos deux pays entretiennent d’excellentes relations. Nous sommes également résolus à améliorer la coopération économique entre les deux pays. Au mois de juin prochain, la Standard Bank d’Afrique du Sud envisage d’organiser une mission d’investisseurs sud-africains au Sénégal, en collaboration avec les autorités sénégalaises, notamment l’Ambassade du Sénégal en Afrique du Sud. Je vous signale qu’au mois de novembre de l’année dernière, la Standard Bank d’Afrique du Sud a co-organisé, en Afrique du Sud, avec l’Ambassade du Sénégal à Pretoria, un forum des affaires entre opérateurs économiques sud-africains et sénégalais en vue de la mise en place d’un partenariat économique fort entre les deux pays. Pour votre information, l’Afrique du Sud est impliquée dans le financement du nouvel aéroport (Aibd de Diass : ndlr). Nous nous sommes également engagés dans un projet agricole à Louga (West Africa Farms) pour répondre à l’appel du Président Macky Sall d’œuvrer pour le développement de l’agriculture au Sénégal. Le projet emploie plus de 1200 personnes, hommes et femmes. Grâce à ce projet, l’eau qui est drainée sur plus de 10 kms à partir du lac est utilisée par les populations locales dans des activités agricoles. Propos recueillis par Momar Mbaye

Répondre à cet article