Accueil du site > Chroniques > Chronique Momar Mbaye > Méfiez-vous de Cissé, « Lo » qui ne dort pas !

Méfiez-vous de Cissé, « Lo » qui ne dort pas !

mercredi 18 juillet 2012


Moustapha Cissé-Lo, le porte-flingue de l’Alliance des Pétrodollars de la République (APR), s’est vu tirer une balle dans les ailes alors qu’il pensait prendre son envol en direction du perchoir. Le PR lui reprocherait de trop « s’agiter » dans les médias et le soupçonne de semer le désordre et la cacophonie au sein du parti « président-ciel ». Désavoué publiquement par son allié d’hier, Cissé-Lo perd son compagnon de « déroute » du PDS, de même que son duel l’opposant à l’ancien PM et leader de l’AFP, Moustapha Niasse, qui retrouve le sourire et ‘rumine’ sa petite victoire : « dinaala door té sama lokho doula laal ! »

Cissé-Lo, dépité du « perd-choir »

En le limogeant de son poste de ministre-conseiller, le chantre de la Sobriété démontre qu’il reste loyal à ses alliés de BBY, et demeure le seul maître à bord, ne cédant donc pas au chantage, tout le contraire de Mame Abdoulaye. Sans carrure ni parcours politique remarquable, en dehors d’un mandat de « dépité », El Pistolero, adepte du chantage, de l’invective et de la grossièreté, vient de payer ainsi sa liberté de pa-râle, son arrogance, ses menaces répétées et son adversité farouche à l’endroit de Moustapha Niasse, soutenu par Macky Sobriété et pressenti à la tête de l’assemblée nationale. « Sou djiné Moustapha beugué dakhar, kou yeeg niakk. »

El Pistolero, un énergumène ?

Réputé ne pas avoir la langue dans la poche, « Lo » qui ne dort pas a toutefois promis d’alimenter la presse en « scoops et révélations » après son face to face avec le chantre de la Sobriété. Débarqué seulement après 100 jours d’aventure périlleuse dans le « Macky », Cissé-Lo, qui joue son avenir politique, s’est calmé temporairement, et s’apprêterait à « tempêter ». Mais une chose est sûre : il ne sera pas le président de l’Assemblée. En tout cas pas celle du Sénégal. Parce que nak, « on ne peut pas dévaloriser cette assemblée en mettant à sa tête un énergumène », a averti Ibrahima Sène du PIT.

Mame Abdoulaye et les retour-failles libé-râles

Coucou, revoilà les retrouvailles de la famille libérale ! Sans Idrissa Seck bien sûr, « le nain de Thiès » qui n’est plus en position de négocier quoi que ce soit, « ndamal Kadior », devenu aphone depuis le parricide auquel il a pris part le 25 mars dernier. Cette fois-ci, il s’agit de Macky Sobriété, le nouveau PR, qui alors opposant, avait rejeté toute idée de retour-failles ou de reconstitution de la famille politique du Sopi. En donnant un écho favorable au cri de détresse de Mame Abdoulaye, Macky Sobriété prend le risque de faire revenir par la petite porte ceux que les Sénégalais ont chassés du pouvoir en mars dernier. Les alliés de BBY sont avertis : Macky est bien le fils de Wade.

Concert de pillage : Wade, chef d’orchestre

Il ne s’est pas fait prier pour interpeller avec toute la sévérité qui sied l’ancien président qu’il estime être « le chef d’orchestre » du concert de pillage des deniers publics. Le toujours convalescent Amath Dansokho, président d’honneur du PIT, recouvre la santé, du moins quand il s’agit pendre à un croc de boucher le pape du Sapi. Amath demeure convaincu que « c’est Wade qui leur a dit de s’enrichir, sans scrupule ». C’est en tout cas la lecture que lui inspire le ballet judiciaire des pontes du défunt régime, contraints d’effectuer une ziarra chez les enquêteurs sommés de retrouver les traces de l’argent dérobé des poches du contribuable. Pour Amath « Da-sokhor », on ne peut pas s’en prendre aux receleurs sans alpaguer le voleur…

Sankharé, Professeur ès Sésame

« Ndiakharé », pardon – Sankharé, n’est pas content. Le professeur agrégé de grammaire française, en veut à mort au pays de Marianne qui lui a refusé le visa d’entrée sur son territoire. En dépit de son amour insoupçonné de la langue de Molière. Invité sur RFM, Professeur Ndiakharé n’a rien trouvé de mieux que d’exiger « la réciprocité en terme de visa ». La raison ? Professeur s’est vu refuser, pour une fois, le précieux sésame alors qu’il devait se rendre dans l’Hexagone pour se faire « saigner », mais nak, selon certaines indiscrétions, Professeur, lors de son dernier séjour, n’aurait pas payé son assurance, ce qui justifie, selon les autorités consulaires, le refus du visa.

Les Français, ces délinquants et pédos !

Si seulement Professeur « Ndiakharé » s’en était arrêté là ! « Certains sont des délinquants, des pédophiles », dira-t-il à propos des Français qui viennent chercher soleil au Sénégal. Le grammairien d’enjoindre le gouvernement à « appliquer la réciprocité pour mieux contrôler l’identité des Français qui viennent au Sénégal. » Depuis tout le temps qu’il voyage, c’est maintenant seulement que Sankharé se rend compte que l’ambassade de France à Dakar, refuse le visa à certains de nos compatriotes. Tant que l’ambassade lui octroyait le visa, les Français étaient modèles, exemplaires, donc rien à voir avec les « délinquants et pédophiles » qu’ils sont devenus, du moins depuis qu’ils ont refusé le visa à un professeur, grammairien de surcroit ! Eskèy !

Sankharé et les justiciables du net

En tout cas cette sortie très maladroite de Sankharé n’a pas laissé de marbre les internautes, nombreux à se lâcher sur le forum de Seneweb. Qui pour prendre sa défense, qui pour lui passer un savon. « Il faut attendre que l’on vous refuse pour une fois le visa, et monsieur parle de réciprocité », s’indigne un internaute. « Omar, il faut payer tes frais d’hospitalisation dus à la France pour avoir le visa et dis la vérité aux Sénégalais qui te soutiennent dans l’erreur », martèle un autre. « D’accord avec vous professeur mais pourquoi attendez-vous que l’on vous refuse le visa pour appeler a la réciprocité en matière de délivrance du visa ? Auriez vous dit la même chose si on vous l’avez accorde ? » Des commentaires qui se passent de commentaires. Momar.dna@gmail.com

Répondre à cet article