Accueil du site > Actualités > Un vaste réseau de faux diplômes et passeports démantelé à Pikine : L’ambassade (...)

Un vaste réseau de faux diplômes et passeports démantelé à Pikine : L’ambassade de france roulée dans la farine

vendredi 15 février 2008

En se lançant aux trousses d’un escroc du nom de Alassane Demba Mbow, suivant en cela les instructions du délégué du procureur auprès du tribunal départemental de Pikine, les hommes du capitaine Cheikh Sarr de la compagnie de gendarmerie de Dakar sous la houlette du maréchal des logis Hansou Kane étaient certainement loin de se douter qu’ils allaient procéder au démantèlement d’un vaste réseau de confection de faux diplômes et de faux passeports.


Le réseau dirigé par un moniteur de l’enseignement a réussi à rouler dans la farine l’ambassade de France, le centre culturel français à Dakar et plusieurs Universités européennes et canadiennes en permettant à de jeunes Sénégalais de décrocher des préinscriptions grâce à de faux bulletins de notes et de faux diplômes.

Combien sont-ils les jeunes Sénégalais qui ont bénéficié des services de ce réseau pour s’inscrire dans des universités européennes ? « Des centaines », selon Alassane Demba Mbow, le moniteur de l’enseignement qui trône à la tête du réseau de faussaires démantelé par la gendarmerie de Thiaroye. Un réseau qui a permis à de jeunes étudiants sénégalais de décrocher des préinscriptions dans des universités européennes et canadiennes en gonflant les notes d’examen ou en leur établissant de faux diplômes pour, selon Alassane Demba Mbow, « relever leur niveau au regard des conditions d’accès draconiennes établies par ces Universités ». Un fait grave qui risque de porter un rude coup au système éducatif de notre pays. Il faut dire que le pot aux roses a été découvert à la suite d’une plainte déposée par un étudiant sénégalais au tribunal départemental de Pikine.

L’étudiant s’était plaint auprès du procureur des agissements d’un moniteur du nom d’Alassane Demba Mbow qui tardait à lui retourner ses deux millions après avoir manqué sa promesse de lui trouver une préinscription à l’Université Toulouse de Mirail en France. Saisis par un soit-transmis, les éléments de la brigade de gendarmerie de Thiaroye, après avoir vainement convoqué Alassane Demba Mbow connu de leur service, ont alors décidé d’aller le cueillir à son domicile situé à Pikine Tally Bou mak. Une descente est effectuée sur les lieux le mardi 12 janvier aux environs de 18 heures.

Les hommes en bleu de Thiaroye, sous la conduite du maréchal des Logis Hansou Kane, manquent alors de tomber des nues en procédant à la perquisition de la chambre du moniteur de l’enseignement. Une véritable caverne d’Ali Baba où les gendarmes, en plus de découvrir tout un arsenal utilisé pour la confection de faux diplômes, tombent sur 57 cachets sur lesquels sont estampillés les noms d’une centaine d’établissements scolaires et universitaires du Sénégal.

De faux diplômes de Baccalauréat, de brevet de fin d’études moyennes (Bfem) et du certificat de fin d’études élémentaires (Cfee) ainsi que quatorze fausses attestations provisoires du Bac sont également découverts puis saisis par les gendarmes. Ce n’est pas tout car des passeports numérisés établis aux noms de candidats à l’émigration ont été trouvés dans la chambre du faussaire de même qu’une somme d’un million de francs. Autant d’indices qui ont motivé l’arrestation du moniteur de l’enseignement suivie de sa conduite à la brigade de gendarmerie de Thiaroye.

Pris en charge par les enquêteurs dès son arrivée dans les locaux de la gendarmerie de Thiaroye, Alassane Demba Mbow s’est expliqué sur son modus operandi avant de révéler les prix auxquels il cédait les faux diplômes : « J’établis les faux Bacs à 50.000francs, un Bfem est échangé à 25.000 francs alors que pour un Cfee je réclame 15.000 francs. J’établis également de faux bulletins semestriels de composition que je remplis à ma guise.

Si c’est pour une préinscription, le candidat me verse 50 dollars (25 000cfa) pour le Canada et 50.000 francs pour la France. Il paie ensuite au niveau du centre culturel français et quelques semaines après, le candidat entre en possession de sa préinscription. J’ai fait partir des centaines de jeunes Sénégalais avec ces préinscriptions », renseigne Alassane Demba Mbow . En attendant, le faussaire Alassane Demba Mbow a été déféré au parquet hier jeudi 14 février 2008.

Source:LObservateur

Répondre à cet article